BOIS

Quels sont les meilleurs essences de bois pour chauffer ?

Bien souvent, on considère que le bois, quel qu'il soit, n'a pas de réelle incidence sur les performances de son appareil. Typiquement, on pourrait penser que du bois, reste du bois et que si il brûle et qu'il chauffe, il n'y a pas de quoi chercher plus loin. Eh bien non, chaque bois a ses propres caractéristiques et il est nécessaire de comprendre certains points pour éviter la détérioration prématurée de votre appareil, maintenir une consommation modérée et surtout pour votre sécurité

1 - Les bois feuillus dur :

-Hêtre, chêne, frêne, charme, érable ou orme, ce sont les bois les plus denses. Ils dégageront un très haut pouvoir calorifique et bénéficient d'une combustion lente en comparaison avec d'autres essences. Ce sont ceux qu'il faut privilégier pour favoriser un rendement performant. Les bois feuillus dur dégagent moins de fumées que les autres essences et n'encrasseront pas votre poêle. Nous vous recommandons d'employer uniquement ces essences pour vous chauffer.

2 - Les bois feuillus tendre :

-Bouleau, platane, peuplier, ce sont les feuillus tendre. Ils se démarquent par une combustion plus rapide et un peu plus de cendres et de fumées. Leurs propriétés sont proches de celles des résineux. Nous vous les conseillons donc uniquement pour le départ de votre feu.

3 - Les résineux :

-L'épicéa, le pin ou le cèdre, ce sont les essences de bois les moins denses et qui se consumment le plus rapidement. Ces essences sont conseillés uniquement pour allumer votre poêle à bois. Elles ne sont pas adaptés au chauffage (Hors chauffage au granulé de bois ou bûches densifiées composées de résineux) car elles produisent beaucoup de résine et de fumées. Le résineux participe à l'encrassement de votre appareil et à l'apparition de bistre. Cela n'est pas gênant si vous l'utilisez comme moyen de départ de votre foyer mais, est non adapté voir dangereux si vous l'utilisez comme moyen de chauffage principale. 

 

Conclusion : Pour une consommation régulière, privilégiez du bois dur comme le hêtre, le chêne, le charme ou le frêne. Les résineux et bois tendres servent uniquement pour le départ de votre feu. Aussi, veillez à ce que votre bois n'est pas au dessus de 25% d'humidité pour le consommer. Il est tout à fait possible et même recommandé de le faire sécher plus longtemps. Pour être sec (-25% d'humidité), le bois doit avoir seché pendant 18 mois minimum. Le bois de chauffage que vous trouverez dans les différents fournisseurs locaux respectent généralement tous ces critères. D'essence feuillu dur et seché pendant 18 mois minimum avec -25% d'humidité comme nos [BOX DE BOIS 2M3 - 30CM]. Toutefois, veillez à bien vous renseigner avant d'acheter votre bois de chauffage, afin que celui-ci corresponde aux critères mentionnés ci-dessus. 

Quelle est la différence entre les buches densifiées et du bois classique ?

La différence entre la bûche densifiée et le bois classique est faible mais présente. Il est compliqué de comparer la bûche densifiée et le bois brut car l'une présente des caractéristiques bien définis et "formatés" tandis que l'autre dépend de plusieurs facteurs tel, l'humidité du bois, son essence ou encore son temps de séchage. Voici un tableau présentant les caractéristiques techniques de la bûche compressée et du bois de chauffage classique que l'on peut trouver dans la majorité des fournisseurs de bois de chauffage. 

Dans cet exemple, nous avons choisis la bûche compressée de Combudrive qui est faite à partir de bois 100% feuillus. Il faut savoir qu'il existe aussi des bûches densifiées faites à partir de résineux, celles-ci se consummeront plus rapidement que les feuillus mais s'allumeront plus rapidement aussi.

Bois dur 2

 

Qu'est-ce qu'une bûche densifié ?

La bûche densifiée peut également être appelé bûche compressée ou bûche compactée, de même, certains lui l'appelle bois compressé ou bois compactée.

Toutes ces appellations désignent bel et bien la même chose, ils sont de manière générale composés de sciure et de copeaux de bois compressés.

Pour pouboir être recyclés, ils ne doivent avoir subis aucun traitement chimique. Ils sont ensuite broyés, séchés puis compactés à très forte pression pour leur donner leur forme cylindrique ou rectangulaire. Ce prodédé permet d'obtenir un bois compactée avec un faible taux d'humidité(<10%) issus de bois dur et sans liant chimiques.

Chez Combudrive, vous pourrez trouver deux types de bois densifiés, les bûches densifiés dites "classiques" qui sont composés à 100% de bois durs et les bûches densifiés longue durée dites "de nuit" composés d'écorces.

Les avantages de la bûche compactée :

- Le bois compacté est en général plus propore que le bois traditionnel, pas de moisissures, pas d'insectes et moins de poussières et de morceaux d'écorce.

- La durée de combustion plus longue qu'une bûche traditionelle permet un stockage limité pour autant d'heure de combustion.

- Le pouvoir calorifique de la bûche compressé est plus important (4,6kWh) de part son très faible taux d'humidité.

- Elles sont écologique puisqu'il s'agit de sciure et de copeaux de bois recyclés provenant de l'industrie.

Les inconvénients de la bûche compactée :

- Le prix de la bûche densifiée est plus élevé que le bois traditionnel

- Pour allumer un feu, il est conseillé d'utiliser des allumes feu avec du bois cassés ou du boit brut en complément des bûches densifiés car leur allumage peut-être plus compliqué.

- Un poêle ou un insert à fort tirage risque de réduire la durée de combustion de la bûche densifiée en raison de son faible taux d'humidité et donc d'influer sur la consommation de bois compacté.

- Les bûches densifiées sont également plus "sensible" à l'humidité que le bois traditionnel et demande donc un stockage mieux isolé.

Quelle est la différence entre bûche densifiée de jour et bûche de nuit ?

La différence entre la bûche densifiée jour et la bûche densifiée nuit réside principalement dans la matière que compose ces deux produits. Les deux font office d'utilisations diverses et complètent les attentes de chaque utilisateurs :

Bûche compressée de jour (ou courte durée) :

-Composée de sciure de bois compactée, elle aura une durée de combustion d'environ 1h30 pour un très haut pouvoir calorifique (un peu supérieur au bois classique). C'est une très bonne alternative pour remplacer les bûches traditionnelles ou s'en servir pour le départ d'un feu en la coupant en petits morceaux. La bûche jour chauffe vite, fort, et a une durée de combustion similaire à une bûche de bois lambda. Par conséquent, elle produira légèrement plus de cendres. Il est déconseillé de stocker ses packs de bûches densifiées en extérieur car celle-ci a tendance à absorber facilement l'humidité ambiante. Stockez la dans une pièce isolée et à l'abris de l'humidité pour garder son bon rendement.

Bûche compressée de nuit (ou longue durée) :

-Composée d'écorces d'arbre compactées, elle aura une durée de combustion d'environ 6 à 10 heures pour un pouvoir calorifique inférieure. En comparaison avec la bûche densifiée de jour, la bûche compressée de nuit ne produira pas de flammes mais de petites braises. Elle est parfaite pour garder une température d'ambiance pendant la nuit (d'où son appellation) ou à n'importe quel moment de la journée. Comme pour la bûche compressée jour, celle-ci craint fortement l'humidité. Nous vous recommandons de prendre toutes les précautions nécessaires pour la tenir au sec.

Quelle est la différence entre stère et mètre cube ?

Le stère est une ancienne unité de mesure permettant de déterminer le volume de bois. L'usage de cette unité de mesure a été remplacée le 31 décembre 1977 par le Mètre cube (m3), qui est encore aujourd'hui l'unité de mesure officielle pour le commerce du bois de chauffage.

Contrairement au mètre cube, le stère prend en compte le volume de bois apparent et part du constat que plus un bois est coupé en petit calibre, moins il occupera de place. C'est pourquoi, alors que 1m3 de bois coupé en buche de 1m équivaut à 1 stère, si le bois est coupé en 50 cm, il équivaut à 0,80m3, et en 30cm il équivaut à 0,70 m3.

 

Bois equivalence volumes steres

Comment savoir si mon bois est prêt à l'emploi ?

Pour savoir si votre bois de chauffage est prêt à l'emploi, il faut avant tout observer son taux d'humidité. Si vous achetez votre bois chez un fournisseur local, il est très souvent indiqué sur la fiche produit. Sinon, un simple toucher vous permettra de déterminer si celui-ci est assez sec pour brûler convenablement. Le temps de sèchage en dit long sur son taux d'humidité. En effet, un bois trop frais et non séché aura un rendement médiocre, en revanche, un bois au temps de sèche respecté aura un rendement optimal. Avant l'emploi, un bois doit au minimum avoir eu un temps de sèche de 18 mois, et plus vous le laisserais sécher, mieux ça sera ! Le bois que vous trouvez chez Combudrive répond à tous ces critères. 

- Bois dur séché en étuves
- Taux d'humidité de <25%
- 2 ans de sèchage minimum

Comment mesurer le taux d'humidité présent dans un bois de chauffage ?

Il existe différents instruments pour particuliers pour détecter le taux d'humidité d'un bois mais ils ne sont pas fiables pour détecter avec exactitude le taux d'humidité de son bois de chauffage. La mesure ne se fait qu'en surface et est donc qu'indicative.

Deux facteurs d'humidité dans le bois :

1 :
La présence d'humidité dans les veines du bois
2 : La présence d'humidité dans les fibres du bois

Si le bois est resté séché à l'abri de la pluie, le bois va se libérer de l'eau de ses veines.
Les fibres ne pourront jamais contenir plus de 25% d'humidité.
Si le bois refendu a séché depuis longtemps et qu'il est remis dans un endroit mal ventilé ou dans un milieu humide, le taux d'humidité ne remontera pas au dessus de 25%. (les fibres seront chargées en eau mais pas les veines).

Comment savoir d'un coup d'oeil si le bois est bon à brûler ?

Concrètement, pour savoir si votre bois est prêt à l'emploi, il doit présenter ces caractéristiques :

-Bois sec au touché
-Bois propre et dur (Pas de bois de récupération douteux, palettes, vieux meubles...)
-Fissuré aux extrêmités 
-Sans moisissures et / ou champignons
-Jaune ou grisé avec l'écorce qui se décolle

 

Optimisez le rendement de votre poêle à bois :

Aussi, pour maximiser le rendement de votre poêle à bois, il faut privilégier le bois dur : (charme, chêne, frêne et hêtre) et un taux d'humidité inférieur à 25%. Sachez également que si vous achetez un bois peu cher, il sera forcément composé de bois tendre qui se consumme beaucoup plus rapidement et / ou sera plus humide pour être consommé tout de suite.

Il est conseillé d'acheter votre bois dur en été (moins cher) et de le faire sécher vous même. Ou acheter un bois ultra sec (séché en étuves) mais qui sera plus onéreux.

Comment stocker son bois ?

Un abris dédié au bois

Pour le stockage du bois, plusieurs paramètres sont à prendre en compte, notamment l'abris qui va servir à entreproser son bois de chauffage.

Pour stocker son bois dans les meilleurs conditions, un abris dédié à son stockage est conseillé, et la encore, plusieurs paramètres sont à prendre en compte :

- Le bois doit bien évidemment être stocké à l'abris des intempéries, il faut donc un toit. Pour qu'il soit le plus efficace possible, il faut incliner le toit pour que les gouttes de condensation ne tombent pas sur les bûches.

- La seconde chose à prévoir est de ne pas laisser les bûches en contact direct avec le sol, sous peine de voir le bois qui se trouve en contact avec le sol moisire par manque de circulation de l'air et par l'humidité qui remonte de la terre.

- Enfin, veillez à ne pas trop serrer vos bûches afin de laisser l'air circuler entre ces dernières, le bois pourra ainsi continuer de sécher et restera sec plus longtemps !

Sans abris dédié au bois

Nous savons bien que tout le monde n'as pas la possibilité de faire construire ou de construire sois même un abris pour son bois de chauffage, c'est pourquoi nous vous donnons ces quelques astuces.

- Veillez à ne pas trop serrer les bûches, comme celle sous l'abris, plus l'air circule entre vos bûches et plus le bois sera sec et le restera.

- Vous pouvez utiliser une bâche pour couvrir votre bois et le protéger des intempéries, pour ce faire, prévoyer une bâche avec un large débord mais qui ne recouvre pas entièrement le tas de bois, l'air doit pouvoir circuler. Il faut également ceiller à ce que la bâche ne soit pas en contact direct avec le bois pour que la condensation qui ca se former lors du séchage ne retombe pas sur les bûches mais ruisselle en dehors.

- Ne mettez pas votre bois en contact direct avec la terre pour éviter de faire moisire les bûches du dessous, vous pouvez par exemple utiliser des palettes qui permettront à l'air de circuler.

A éviter

Dans cette catégorie, on vous informe sur les pratiques à éviter pour conserver votre bois en bon état le plus longtemps possible

- Si possible, évitez de stocker le bois dans une pièce humide comme une cave par exemple car l'ai ne se renouvelle pas et l'humidité stagne dans la pièce.

- Ne laissez pas vos bûches en vrac, l'air ne circulera pas à l'intérieur et les bûches se trouvant au centre ne pourront pas sécher.

- Ne pas mettre en contact les bûches avec un mur pour maximiser la circulation de l'air (encore plus important si c'est un mur de cave qui pourrait être humide)

Comment faire des économies en bois ?

Si vous souhaitez réduire votre consommation et faire des économies sur votre bois de chauffage, voici les quelques astuces à ne pas négliger :

1- Les choses primordiales :

Premièrement, pensez à acheter votre bois au printemps / été, quand la plupart des fournisseurs de bois de chauffage présentent leurs prix d'été. Ceux-ci sont nettement moins cher et cela vous permet de faire de réelles économies.

Deuxièmement, achetez uniquement du bois de chauffage dur (chêne, frêne, hêtre, charme). Ce sont les essences les plus adaptés pour chauffer votre foyer, avec un pouvoir calorifique élevé et une combustion assez lente. Privilégiez également du bois avec - 25% d'humidité. Au dessus, votre bois de chauffage n'aura pas le rendement souhaité. Les bois tendre comme le peuplier, ou les conifères sont utiles pour l'allumage de votre poêle à bois mais en aucun cas pour chauffer une habitation.

2- Autres conseils à ne pas négliger :

L'isolation de votre maison est un gros facteur de votre consommation, tout comme la surface à chauffer. Plus votre maison sera bien isolé, plus la chaleur restera dans les pièces et inversement. De même pour la surface, plus elle sera grande, plus votre consommation augmentera pour avoir la température souhaitée. À l'heure d'aujourd'hui, il existe des habitations exclusivements construites pour vous permettre d'avoir la meilleure isolation possible, nous parlons des normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) ou maison passive. Celles-ci disposent d'une isolation optimisé pour ne permettre de se chauffer qu'avec son poêle et à coûts réduits.
 

Les réglages de votre poêle sont également un facteur à ne pas négliger. Pour un poêle à bois, il est difficile de le régler convenablement et d'avoir une idée précise de sa consommation. Veillez à choisir un bois de chauffage respectant les caractéristiques mentionnés ci-dessus afin d'optimiser votre consommation, pour un meilleur rendement remplissez votre foyer avec la quantité de bois de chauffage nécessaire pour atteindre la température souhaitée.

Comment allumer son feu à bois simplement et efficacement ?

Voici un petit guide étapes par étapes pour vous aider à allumer votre feu du premier coup, et avec facilité !

Étape 1 : 3 ingrédients :

-Des allume-feux ( Comme les ALLUME-FEU en laine de bois de Combudrive ),

-Du petit bois tendre comme le saule, le bouleau ou le peuplier, ou des petits morceaux de bûches densifiées ou encore des écorces ou pommes de pin. ( Sachez que pour le départ d'un feu, il faut privilégier les essences de bois tendres comme les résineux, ils permettent une combustion rapide et de grandes flammes ).

-Des bûches. ( Elles seront le moteur de votre insert ou poêle à bois. Favorisez du bois dur avec des essences de feuillus comme le chêne, le hêtre, le charme ou le frêne et un taux d'humidité inférieur à 25%). 

Si vous n'avez pas d'allume-feux, vous pouvez vous débrouiller avec du papier journal en formant une boule de papier.

Étape 2 : La préparation et la combustion :

Méthode 1

-Formez un tas avec les allume-feux et le bois d'allumage. Pour se faire, placez l'allume-feu au centre et entourez le sur le côté et sur le haut, de bois d'allumage coupé en petites sections de 15/20 cm de longueur. Espacez de quelques centimètres les éléments de votre départ de feu afin de laisser l'air circuler, celle-ci est nécessaire à la combustion.

-Placez une bûche sur le tas d'allumage. Vous pouvez très bien attendre que le bois tendre s'enflamme et que la température du foyer est assez élevée avant de mettre les bûches.

-Mettez le feu à l'allume-feu ou à la boule de papier journal, et fermez la porte de votre foyer en laissant les entrées d'air complètement ouvertes. Vous pouvez également ouvrir le tiroir à cendres afin de maximiser les entrées d'air jusqu'à ce que les flammes apparaissent.

-Dès que le foyer commence à se combler de flammes et dégage une chaleur convenable, vous pouvez progressivement fermer les entrées d'air. Suivant l'état de la combustion, vous pouvez jouer avec celles-ci afin d'augmenter ou diminuer le tirage de votre appareil, ainsi, si après une demi-heure, vous avez de grandes flammes, vous pouvez les fermer et profiter du crépitement et de la chaleur de votre insert ou poêle à bois.

Méthode 2

- Tout d'abord; placez vos bûches au fond de vôtre cheminée, si possible en laissant des espaces pour que l'air puisse circuler. Disposez les de manière à pouvoir former deux étages.

- Ensuite, au dessus de votre tas de bûche placez votre petit bois ou le bois déchiqueté qui vous servira de bois d'allumage et mettez-y vos allume feu. Le tout doit bien-entendu être très sec afin de faciliter l'allumage et produire le maximum de chaleur.

- Vous pouvez enfin enflammer votre/vos allume feu et laisser les flammes se répandre vers le bas.

Cette méthode va permettre de réchauffer votre foyer ainsi que de réchauffer et d'assècher l'air pour permettre aux gaz de bien brûler et limiter la pollution dans le même temps.

Quest-ce que le bistrage ?

Le bistrage est repéré par des croûtes qui s'épaissisent petit à petit le long du conduit de votre appareil. Il apparait à cause des fumées de votre feu à bois qui refroidissent au fur et à mesure qu'elles remontent. Si elles sont trop froides avant d'être sorties, elles vont condenser et se refroidir sur les parois. Cette croûte risque à terme d'obstruer votre conduit et de brider le rendement de votre machine. Le bistre est également extrêmement inflamable et peut rapidement provoquer un incendie.

Pourquoi le bistre apparaît-il ?

Le bistre apparaît, comme nous l'avons mentionné au dessus, à cause des fumées froides qui condensent et créent une croûte le long du tubage.
L'apparition du bistre peut être dû à :

-Un mauvais réglage du poêle (Il faut toujours conserver des températures hautes pour ne pas permettre à la fumée de stagner le long de votre conduit),
-L’emploi de bois trop humide dont le taux d'humidité est supérieur à 20 %,
-Un conduit mal dimensionné par l’installateur.

Comment limiter l'apparition de bistre dans le conduit de son poêle à bois ?

Pour limiter l'apparition de bistre, il faut privilégier de hautes températures et ne pas utiliser de bois trop humide. Si votre appareil est entretenu convenablement avec du bois de chauffage de qualité, et bénéficie de ses deux ramonages annuelles obligatoires, vous réduisez significativement le risque d'inflammation de votre conduit, en plus de garder des performances de chauffe optimales.